Veyras (Ardèche)

----- Tourisme et loisirs -----

Histoire de Veyras

Un peu d’ histoire.............

L’origine de Veyras proviendrait de l’existence dans le village, de forges sarrazines. Ce sont des verreries qui auraient donné leur nom à Veyras, de « Veyré » en patois. Entre le vieux village et le hameau de Flachères se trouve le site des « tombeaux antiques », vestiges d’une carrière de sarcophages carolingiens. Une charte de 1084 mentionne déjà l’église Saint-Pierre de Variaco à Veyras. Le village n’échappa pas aux guerres de religion : en 1570, les protestants démolirent l’église.

Autrefois, Veyras produisait des céréales. Les châtaigniers prospéraient bien dans les terres des Sciallards et des Sablas. Les vignes de Many et d’Argevillières furent détruites par le phylloxera. Au dix-neuvième siècle, la richesse de Veyras résulta de l’exploitation des mines de fer qui se poursuivit jusqu’après la seconde guerre mondiale.

Dans les années 1950, le village comptait environ 400 habitants ; c’est alors qu’Emile et Jean Escharavil s’installèrent à Veyras pour créer une fabrique d’appareils de pesage qui est devenue aujourd’hui la société PRECIA MOLEN, leader européen du pesage industriel et commercial. Dans les années 1980, s’édifièrent de nombreuses constructions qui portèrent la population de Veyras à 1500 habitants.

Veyras abrite actuellement la Bibliothèque Départementale de Prêt de l’Ardèche, support privilégié de l’action culturelle. La qualité exceptionnelle du bâtiment a été récompensée au Palmarès 90 du prix « Architectures et lieux de travail ».

Noms de lieux :
"LES CHAMPS" quartier au Nord-Ouest de Veyras, mais n’a rien à voir avec le latin "CAMPUS". Le nom dialectal est "LAS CHAMS" pluriel des très nombreux "LACHAM". Un quartier des ’CHAMPS’ à CHOMERAC figure dans l’Estime de 1464 sous la forme identique "LAS CHAMS", féminin pluriel. Le terme "CHAM" est probablement pré-latin.Les notaires du moyen age l’ont latinisé en "CALMA" ce qui est inexact : L devant ne serait pas disparu. "CALMA" a donné naissance aux "CHAUMEL, LA CHAUMETTE, CHALMET "etc...."CALMA" est lui aussi pré-latin, mais parait représenter la bergerie, alors que "CHAM" paraît désigner un pâturage, un lieu découvert et dépourvu d’arbres. Il n’y a pas d’arbres à la "CHAM" de Creysseilles, ni à la "CHAM" de Gourdon pour ne siter que ceux-là.
A noter qu’en COIRON "CHAUMADOU" désigne la bergerie isolée assez loin de la ferme.

_ "BEAULY" et "CHANGUI" n’ayant pas de formes anciennes, on ne peut les expliquer à l’heure actuelle.

"BEAL" paraît être un nom de personne d’époque récente. Il faut noter que la Nationale 104 ne passe au Sud de CHARAY que depuis le milieu du XIX siècle. "BEAL" comme LA MAISON NEUVE paraissent être des relais pour abriter le personnel et les chevaux employés à la construction de la route.

Les SIALLARDS : sous la forme officielle "CHIOLARD" voilà un toponyme propre à dérouter un latiniste ou un connaisseur de l’occitan. Dans l’Estime de Pourchères (1464), un terrassier déclare posséder une parcelle au "SEALAR", probablement évolution de "SEGALAR" : culture de seigle, lors des premiers défrichements, le terrain n’était pas apte à produire que du seigle : laplantation des châtaigniers n’a eu lieu que plus tard. La mise en culture de ce quartier a commencé de très bonne heure : traces de cabane du haut Moyen Age dans le quartier Ouest.

LE BESCUT : Forme ancienne de biscuit, probablement surnon d’un habitant. (forme latinisée "Bescuto" au XIV siècle). livre de redevances à Amédée Berthon, seigneur Cheylus (1469). En provençal, "BESCUCHELLO" = biscuit.

"LES BARTRES" : Nom occitan d’un lieu couvert de broussailles, puis défriché ; un lieu les Bartres, à Saint-Priest ; Les Bartas, dans la commune de Pourchères.

_ "LE RUISSOL"  : nom de lieu à forme inexacte ; depuis longtemps, les vieilles cartes d’état major ont "LE RUISSOL". La forme dialectale est "LE RISSOL" avec ’L’ vocalisé, concorde avec les formes médiévales XIV-XV siècle. Une vigne près du portail du Tour, à Privas, confronte le chemin du RISSOL (1370). Dans l’Estime de Lyas (1464) le notaire Jacques du Roure déclare une vigne au Rissol. La mention de 1370 figure dans le livre des redevances d’Amédée Berthon (Archives départementales). Pour la signification de ce mot, l’on peut avancer : Lieu de bagarres ; en ancien français : risse = bagarre, rixe.

"CHIMAUGIER" : Ancien mas entre Mazaucan et Pierre Plantée. figure sous la forme CHAMAUGIER dans un document privadois du XVII siècle.

"FLACHERES" : d’ un bas latin ’flaccaria’. lieu de plaques : une mare temporaire existe encore près du village. Le terrain s’y prêtant, les flaques d’eau devaient être plus nombreuses autrfois. Ce nom de lieu paraît être antérieur au VIII siècle. En occitan "FLACHEYRAS" sur le versant Nord, en un lieu qui paraît être un dépotoir, des tessons ont été trouvés paraissant être du IX ou X siècle.

"ARGEVILLIERES" : tire son nom de l’ ARGEVEL, le genêt épineux (genista scorpion). Ce quartier occupait une certaine étendue depuis le ruisseau de Many jusqu’à Prahines, sur la commune de Privas. Ce nom de quartier est attesté depuis le XVI siècle et il est probablement bien antérieur.


Environnement

L’exceptionnel patrimoine forestier de Veyras comprend de nombreux chemins de randonnée balisés.

L’environnement à Veyras offre les bienfaits du ciel aux couleurs chaudes méditerranéennes. Les communes de Privas et de Veyras ouvrent en 1999 un sentier botanique au Bois Laville : le visiteur pourra découvrir les différentes espèces de pins et châtaigniers, comprendre le rôle protecteur de la forêt, s’initier à la géologie locale et reconnaître les animaux sauvages à partir des traces et empreintes.

Les excursions pédestres conduisent à quelques sites insolites ou simplement agréables :

• Hameau de Flachères • Les tombeaux antiques • Pierre Plantée • Bois Laville

A proximité.........

La ville de Privas à trois kilomètres : capitale mondiale du marron glacé et site remarquable du goût, la ville bénéficie d’un environnement exceptionnel et d’un climat doux et tempéré. Capitale huguenote au seizième siècle, elle conserve plusieurs de ses monuments anciens (la tour Diane de Poitiers, le pont Louis XIII et le cloître des Récollets). Vous pourrez accéder au Mont Toulon, haut-lieu de la résistance huguenote aux armées royales de Louis XIII (mai 1669).

Baignade dans le Mézayon au lieudit La Neuve sur le lieu de l’ancien moulinage (commune de Lyas à trois kilomètres de Privas). L’Ouvèze et le Mézayon sont jalonnés de moulinages construits au cours des dix-huitième et dix-neuvième siècles.

La vallée de l’Ouvèze et ses communes : Coux, Flaviac, Saint-Julien en Saint-Alban, Le Pouzin, Saint-Priest

A bientôt pour un grand moment de nature, à Veyras...

« Qu’il est vaste le ciel et pur l’air qu’on respire !
Qu’ils sont doux les vallons et reposants les prés
Où mon petit village, silencieux, s’étire
En s’appuyant un peu au bord de la forêt...
Par un sentier étroit, vous remontez d’un creux,
Lentement, essoufflé, entre de vieilles pierres
Et la petite place se montre la première
Avec sa Mairie rose, l’Eglise au clocher bleu...
La fontaine est vivante et les maisons très sages.
Rires et jeux d’enfants égaient votre passage.
Tout près, de vieux portails évoquent des images
D’antan...Sur le coteau, dans le vent, le soleil,
S’égrènent les villas jusques aux châtaigniers...
Tout est calme, immobile, offert dans un sommeil
De légendes heureuses...Ici, vous atteignez
La plénitude d’être...Votre pas sonne bien,
Il effarouche un merle, fait aboyer un chien...
Vous suivez du regard la ronde tutélaire
Des montagnes au loin que le couchant éclaire.
Vous embrassez l’espace, buvez de la lumière,
Tandis que votre coeur murmure une prière... »

Jeanne ROUDIL


Haut de page | Accueil | Contact | Agenda Actualités | RSS | Aide | Mentions légales | Plan du site